Pierre Gypse

pierre gypse

Caractéristiques de la pierre gypse

  • Origine du nom : Issu du latin neutre gypsum et du grec gypsos.
  • Groupe d’appartenance : Évaporite.
  • Composition chimique : Hydrosulfate de calcium, CaSO42H2O.
  • Dureté : 2.
  • Système cristallin : Rarement cristallisé, il se présente sous forme d’étoile cruciforme.
  • Gisement(s) : Très nombreux à travers le monde, notamment pour le talc, la stéatite, l’albâtre ou encore les roses des sables.
  • Couleur(s) : Blanc, brunâtre, rose, verdâtre.

Voir les produits associés au gypse

La pierre gypse, son histoire, son origine et sa composition, ses propriétés et ses vertus en lithothérapie

Histoire de la pierre gypse

Le Gypse ou gypsite est aussi appelé pierre à plâtre. Son nom vient du latin neutre gypsum et du grec gypsos. Ce terme désignait la craie, le plâtre, la pierre à plâtre ou d’une manière plus générale, le ciment .Dès la fin du Ier siècle et le début du IIème siècle, on en confectionnait des statues, des portraits. Dans l’Antiquité, ses cristaux les plus purs étaient utilisés pour fabriquer des vitres. En effet certains cristaux géants permettaient cela, par la découpe de fine plaques assez grandes pour cet usage.

Le néolithique

La pierre Gypse a été utilisée dès 7000 ans environ avant Jésus-Christ, suite à sa découverte dans un site archéologique de Turquie. Dans le petit village turc de cette découverte, on trouve des traces de cette pierre dans les matériaux utilisés pour la réalisation de tableaux et fresques murales. Associée à de la chaux, elle permettait effectivement de faire des supports à ces peintures.

Le Gypse dans l’Egypte ancienne

Dans l’Egypte ancienne on trouve des vestiges des toutes premières utilisations de la pierre gypsite. On y trouva des statues de cette époque, des sphinx, enduits de plâtre qui avaient été peints ensuite. On retrouve aussi cette pierre comme support de peintures à l’intérieur des tombeaux qui se trouvaient dans les pyramides. Il en a été trouvé dans la réalisation des pyramides également, pas moins que cela ! Son utilité et ses capacités avaient alors été, lors de l’élévation de ces immenses structures, détectées et mises à profit. En ce qui concerne ces constructions gigantesques, la gypsite servait de ciment entre les pierres pour les sceller, mélangé à du sable fin. Ce liant constitué de gypsite avait aussi servi à la construction des tombeaux.

L’époque gréco-romaine

Sur le site de Bahariya, des archéologues égyptiens découvrent récemment dans un cimetière ancien une momie de l’époque gréco-romaine. Elle est trouvée dans un sarcophage, constitué de gypsite elle-même, et également entouré de masques composés d’un mélange de gypsite et de stuc. A l’époque gréco-romaine on utilisait en effet la pierre Gypse pour en confectionner des masques mortuaires et funéraires. A cette époque, on se sert déjà de la pierre à plâtre en construction : crépis, scellements, enduits, parements et moulages sont réalisés en gypsite.

L’art byzantin

L’art byzantin se développe en suivant les traces de l’art romain sur lesquelles il s’appuie. L’art Romain avait lui-même évolué en se basant sur l’art grec par lequel il avait été profondément influencé. Et la pierre Gypse a suivi durant toutes ces évolutions et progressions. Elle n’a pas été abandonnée au cours de ce cheminement long, ni au cours des évolutions suivantes puisqu’elle a encore la part belle dans le bâtiment aujourd’hui. On retrouve donc la gypsite dans l’art byzantin et ce pendant près de 10 siècles. L’art Byzantin utilise la pierre à plâtre dans des décors de plâtre et de stuc. Ces décors portent le nom de « Djiss » dont on trouve de beaux exemples représentatifs avec le grand palais de l’Alhambra de Grenade en Espagne, avec également Zahra cet autre palais espagnol et avec la mosquée d’Echbatane, en Iran. On parle de « Gypserie » quand on désigne ces œuvres d’art confectionnées à partir de la gypsite. On trouve aujourd’hui des vestiges de plâtre en perse, en Mésopotamie, en Iran.

La pierre gypse ou le plâtre à travers l’histoire de France

En France, on trouve en région parisienne et dans le Sud, des preuves de l’utilisation de la pierre Gypse depuis la période du Moyen-Age tardif. La pierre à plâtre, appelée « Or blanc », est utilisée en grande proportion dans l’architecture parisienne (sur la Butte de Montmartre notamment où l’on trouve beaucoup de fours à chaux et où il y a eu une carrière de gypsite, fournissant les trois quarts des demandes de plâtres de Paris au XIXème siècle). On en fabrique des scellements, des carreaux, des colonnes, des décors, des moulures à partir du 1er siècle. Le torchis qui était utilisé jusqu’au Moyen-Age est remplacé par le plâtre. Il s’en différencie car il apporte sa contribution de réel matériau de maçonnerie. On en réalise des enduits sur les murs avec l’adjonction de chaux. On en fabrique aussi des plafonds, avec des structures de bois.

A la fin du 13ème siècle on compte presque une vingtaine de carrières de pierre à plâtre dans la région parisienne seule. Ces carrières en sus de l’extraction assurent la fabrication du plâtre, son transport et son commerce. Des plaques de rues ou places d’aujourd’hui doivent leur nom de « blanche » à la pierre Gypse. Dès le XVIème siècle, on utilise le plâtre dans l’architecture des maisons ainsi que leurs décors. A la fin du 17ème siècle, suite à un incendie on recommande et répand l’usage du plâtre comme matériau anti-feu pour les maisons constituées pour grande partie d’éléments de bois. On réalise les enduits extérieurs avec du plâtre et de la chaux dans les maisons du Sud de la France. Au début du 13ème siècle, la langue française fait apparaître les mots « gif », « gist » et « gip » qui nomment le plâtre et la gypsite.

Au Moyen-Age, le latin fait évoluer le nom vers « gips », qui deviendra « Gypse » en français. Nota :en anglais, on nomme toujours cette pierre gypsum, comme à ses origines. L’adjectif ne verra lui le jour qu’à la fin du 16ème siècle : « Gypseux ». La pierre à plâtre a été longtemps appelée pierre de Lune par les artisans du plâtre, car la transparence de certaines variétés de gypsite représentait pour eux l’image de la Lune, du minéral constituant la Lune. Cette appellation semble provenir de l’époque gréco-romaine. En effet, le mot grec utilisé pour désigner la Lune – Séléné- était une autre appellation de la Gypse. Le terme de sélénite pour désigner le gypse, issu du grec « selenites » est utilisé pour parler des minéraux, roches et formations à base de sulfate de calcium. L’anhydrite par exemple. Ensuite ce terme de Gypse délaisse tout type de formations de roches de sulfate de calcium pour ne désigner que la forme cristalline de pierre à plâtre. Dans son utilisation pour les ouvrages de construction, on a distingué déjà très tôt la pierre Gypseuse du plâtre cru, du plâtre vif et du plâtre à raviver et surtout du plâtre mort, plâtre qui n’a aucun pouvoir de prise. Il était en effet nécessaire de considérer les différentes espèces de pierre de gypsite pour un résultat concluant. A la fin du 18ème siècle, les chimistes qui étudiaient en France le plâtre de Paris et son comportement, désigneront officiellement le plâtre comme « hémihydrate » et le Gypse comme « dihydrate de sulfate de calcium ».

Origine et composition de la pierre gypse

Cette pierre est une roche qui se forme par l’évaporation d’une eau de mer fortement chargée en sels minéraux. Néanmoins, l’origine de ce minéral ne serait pas marine. En effet avant d’arriver à la mer, les sulfates proviendraient d’un gisement situé dans l’Est de la France. L’érosion par les eaux de surface aurait entraîné les sédiments vers la mer et s’y seraient à nouveau déposés.

La formule chimique de cette pierre, roche tendre, saline, entièrement minéralisée, composée du minéral gypse pour majeure partie est CaSO4 – 2H2O, pour « sulfate de calcium doublement hydraté ». L’indice de dureté de la pierre à plâtre sur l’échelle de Mohs est de 1,5 à 2. Certains très grands cristaux en forme de prisme peuvent néanmoins atteindre une dureté de 3. On utilisa cette pierre comme référence sur l’échelle de Mohs au tout départ , lors de sa création, pour déterminer le degré de 2. Il est possible de rayer la pierre avec l’ongle, ce qui permet d’en faire la distinction avec les roches calcaires qui visuellement permettent difficilement de se distinguer de la gypsite. Le minéral à son état pur est un minéral léger. Les parties cristallines de la roche sont vitreuses et translucides, nacrées ou même soyeuses et sont visibles lorsque la partie solide du minéral n’est pas ou très peu colorée.

Cette pierre présente une multitude de variétés extrêmement différentes les unes des autres du fait des aspects très nombreux de ses multiples cristaux. La majeure partie des variétés rencontrées dans la roche sont les microcristallines, à petits cristaux denses ou emmêlés. Ce sont les variétés habitus. Les variétés habitus sont par exemple :

  • le lamelleux, qui présente des cristaux en forme de lamelles, allongés
  • le fibreux, qui est satiné et composé de couches parallèles, parfois courbes
  • l’albâtre, une variété blanche, translucide, présentée en petites grappes de grains très fins ; ses grappes peuvent être veinées
  • la variété formée de longs cristaux fins de forme courbe, c’est le Gypse dit « corne de bélier »
  • le spath qui est satiné et qui a des cristaux fibreux aux reflets satinés et soyeux
  • la pierre à plâtre vendue dans le commerce qui est elle formée en masses de cristaux, denses et compactes et très faiblement calcaires
  • autre sorte d’ habitus qui se présente en grains amalgamés de manière compacte et grossière : c’est le type saccharoïde, de celui que l’on trouve dans le bassin parisien particulièrement ; il présente une belle brillance en sa cassure, comme le sucre, d’où son nom saccahroïde, signifiant « en forme » –oïde- « de sucre » –saccharum.
  • ordite : variété qui est en fait une forme de minéral non encore identifié. Cette variété est découverte en Russie
  • … et bien d’autres encore

Une concrétion intéressante de cette roche est sa formation en conglomérats. Cette formation a été nommée rose des sables. On en trouve en Tunisie par exemple. Elles sont formées suite à l’évaporation de l’eau qui a été infiltrée dans du sable ou sable de quartz (grain de quartz). D’autres variétés dont les cristaux sont rangés de manière organisée portent le nom d’ « Onyx Gypseux ». L’espèce présentant la plus grande dureté est l’« albâtre » (son nom lui vient de sa blancheur parfaite). Elle est d’un beau poli, uniforme et bien lisse. La masse granulaire de cette variété est très fine. Les sculpteurs l’utilisaient en matériau pour leurs œuvres d’art. En effet, sa tendreté permettait d’en obtenir un ciselage précis, un détail infini et la taille de formes ouvragées. D’autres artistes l’utilisaient également dans leurs travaux. La transparence, le brillant et la solidité de l’albâtre se perdent à l’exposition au feu, où il devient du plâtre.

Vertus et propriétés de la pierre gypse en lithothérapie

Les vertus et propriétés de la pierre gypse sur le plan mental

La pierre à plâtre là encore va apporter beaucoup de sa tendreté. Cette caractéristique en fait une pierre douce… et tendre. Elle instaure le calme et une grande sérénité intérieure. Ses énergies sont douces, et calmes. Les chakras concernés par les vertus du Gypse sont le chakra frontal ou du 3ème œil et le chakra du coeur. La pierre de Gypse apaise, procure une grande détente. Il s’agit d’une pierre douce qui apportera sérénité, calmera le système nerveux. Elle convient donc particulièrement aux personnes qui ont besoin d’évacuer du stress. Elle calme l’esprit et canalise les pensées de sorte d’éliminer les enchaînements de pensées vains et destructeurs, fatigants. Elle apporte une grande confiance en soi.

En dehors de ce placement sur le chakra du coeur, elle peut être disposée dans une pièce de vie, une chambre préférentiellement pour gagner le sommeil par ses effets d’apaisement et obtenir un sommeil profond. La douceur et le pouvoir relaxant de cette pierre induit cette qualité de sommeil tellement bénéfique. Mais on peut aussi la déposer dans un lieu de vie plus animé pour interagir avec l’ambiance générale et les diverses personnes. En apposition sur le chakra frontal, elle procure une ouverture d’esprit, un développement de la créativité. Pour les personnes qui y sont sensibles et attachées ou déjà habituées, elle développera leur capacité à la télépathie, l’échange d’informations. En effet, elle aide à installer une paix intérieure qui est propice à induire l’élévation de son esprit.

Elle favorisera la méditation pour laquelle elle apportera une aide précieuse. Dans ce cas, il sera tout à fait bénéfique de la placer sur le chakra couronne. Elle est en effet agréable et efficace pour la méditation. Elle sera aussi d’une aide précieuse pour la pleine conscience. Elle éclaircit l’esprit et permet une bonne synthèse de ses pensées et idées. Elle génère des déblocages responsables de gênes d’origine inconsciente, générant parfois des complexes et d’autres mal-êtres. Elle apaisera les femmes durant leur période de grossesse en les initiant aux cycles de la vie et en apportant sérénité et paix, qu’elle induira par ses rayonnements. Elle sera propice à l’allaitement et aux fièvres infantiles. La pierre de Gypse est une pierre qui canalise les énergies en lien avec la Lune. On lui prête ces bénéfices de par le rapport intime qu’elle a avec l’Astre lunaire. C’est cet aspect de ses caractéristiques qui lui donne des capacités à développer la télépathie chez les gens qui y sont sensibles ou déjà rompus à l’exercice. En effet, par le développement de l’intuition et de la réceptivité qu’elle induit, elle permet de recevoir des énergies, des informations. Le gypse est une pierre qui permet la détoxification, la purification intérieure et mentale.

Elle débarrasse ainsi l’esprit des énergies et des ondes négatives. C’est par ses composants que sont le souffre et le calcium qu’elle permet cela et que le stress sera libéré. Non seulement la pierre purifie mais engage à se purifier soi-même en faisant remonter les souvenirs et émotions parfois inconscients qui génèrent des gênes handicapantes. La pierre de Gypse permet en effet un recentrage clair et bénéfique, harmonieux. Cette capacité à aider au centrage donnera aussi une belle liberté à la créativité, à la lucidité. C’est une pierre qui libère, délie intérieurement, délie l’esprit. C’est par la force et l’énergie qu’elle apporte à l’hémisphère droit du cerveau qu’elle permet de désamorcer ou amplifier la créativité. Par ce biais et cette action-là elle libère amour, l’empathie et le lien à l’autre. C’est une pierre qui adoucit et interfère ainsi avec les mauvaises ondes dans les rapports à l’autre. Elle est très intéressante pour cela pour les personnes très sensibles qui doivent cette sensibilité à leur cerveau droit, plutôt dominant chez eux, en terme d’activité. Le travail sur soi initié par cette pierre sera approfondi et renforcé, facilité par l’apposition de la pierre sur le chakra du cœur. La peur sera éloignée, anéantie pour une libération propice à avancement, qu’elle pourrait empêcher chez certaines personnes. Si c’est la peur qui bloque l’introspection, il sera plus facile ainsi de cheminer efficacement et durablement.

Vertus et propriétés de la pierre Gypse en lithothérapie sur le plan physique

Cette pierre est une purificatrice de l’air. Ceci contribue à son rôle dans l’apport d’un bon sommeil, sain, naturel et profond. Le Gypse favorise l’absorption du calcium car elle en est composée en grande partie. Sa contribution à une meilleure absorption du calcium par une personne qui en manque pour malabsorption, sera apportée si on la place sur la peau à proximité ou sur l’emplacement du cœur. On pourra procéder pas léger massage dans la région du coeur. On peut également la disposer sur toute autre partie du corps réclamant cet élément. Là aussi, on procède par déplacements doux et circulaires sur la peau. Par ce biais, par l’intermédiaire de la peau, le Gypse habituera le corps à recevoir le calcium pour ensuite mieux le reconnaître dans les minéraux issus de l’ingestion des aliments et ainsi mieux l’assimiler. La pierre de Gypse sera particulièrement appréciée des sportifs sujets aux crampes, des gens souffrant des articulations. Elle sera aussi utile pour les enfants car elle favorise la force et la croissance des os.

Le Gypse est bon pour les maux de tête, les douleurs assimilées aux migraines, pour les maux de ventre également. Rajeunissant le Gypse ? Il procure un effet moindre des affres du temps au niveau cutané et capillaire (en freinant la chute). Toujours au niveau cutané, elle renforce les tissus. Elle renforce les tissus internes également, affaiblissant ainsi les douleurs. Elle est bénéfique à la sexualité et aux organes génitaux : elle est aphrodisiaque, elle densifie les pulsions sexuelles et favorise la conception par appui sur l’infécondité. Elle est utile aussi aux cycles menstruels qu’elle régule et apaise en cas de douleurs. Cette pierre apporte tous ses bénéfices par la douceur qu’elle doit à sa « tendreté ». Elle est vraiment apaisante et douce. C’est tout le pendant généreux de sa fragilité. Cette pierre de lune semble être une panacée par cette grande douceur. Elle renforcera l’organisme par le calme et la douceur apportés aux douleurs qui fatiguent et usent.

Symbolique de la pierre gypse

  • Le gypse symbolise la multiplicité des grains assemblés (rose des sables, pierre de la même famille) en une unité harmonieuse et qui revient à l’état de sable, l’amenant vers le cycle de naissance, vie, mort.

Traditions de la pierre gypse

  • Noces de gypse : 6 ans de mariage.