Pierre Marbre

pierre marbre

Caractéristiques de la pierre marbre

  • Origine du nom : Issu du grec “marmaros” signifiant “pierre resplendissante”.
  • Composition chimique : Le marbre est composé essentiellement de calcite, et parfois de dolomite, de trémolite, de diopside, de serpentine et d’épidote.
  • Dureté : Entre 3 et 4.
  • Système cristallin : Métamorphique
  • Gisement(s) : Très nombreux pays, parmi les plus connus : Belgique, France, Italie, Portugal.
  • Couleur(s) : Blanc, Gris, Brun, Jaune, Marron…

Voir les produits associés à la pierre marbre

La pierre marbre, son histoire, son origine et sa composition, ses propriétés et ses vertus en lithothérapie

Histoire de la pierre marbre

La pierre Marbre fut nommée pierre resplendissante pour sa lumière par les Grecs. Se caractérisant par sa roche très ferme et dense, elle a très tôt été utilisée pour l’art de la sculpture. Travaillé par les maîtres les plus pointilleux, le cristal a longtemps été confondu avec d’autres minéraux destinés à la sculpture. La matière était employée pour créer des idoles funéraires dès la Civilisation des Cyclades. À l’ère néolithique, au IIIe millénaire av. J.-C., l’idole cycladique, cette statuette, s’est développée dans les îles égéennes. Aujourd’hui encore, la déesse de Milo, trouvé sur l’une de ces îles, transcrit l’engouement de ce matériau pour en faire un minéral de sculpture. Au cours des siècles, principalement dans le monde grec et romain, le cristal a servi, sous forme de grands blocs massifs, à construire des architectures religieuses, telles que des statuts à l’égérie de divinités, des temples ou des tombeaux, ainsi que des stades politiques. Riche en carrières, principalement sur les îles Nixos et Paros, la Grèce Antique a fondé ses temples avec le matériau poli. La culture grecque a doucement délaissé le bois et les plaques de terres, matériaux qu’ils utilisaient initialement. Effectivement, les Grecs utilisaient le bois recouvert d’argile cuite pour fonder leur architecture. Du mobilier en bois aux monuments massifs, des plaques de terres cuites étaient peintes de teintures vives et servaient à protéger les charpentes de bois de l’humidité. Le bois était abordable et léger, mais pas confortable. Très utilisées dans l’architecture de la culture grecque, les colonnes soutenaient souvent un portique de façade. Aussi, l’arrivée du minéral fut majeure sachant que les annelets des colonnes étaient constitués de bois avant l’utilisation de la roche.

Utilisé pour la sculpture et l’architecture, le minéral poli possède la spécificité de laisser la lumière s’infiltrer dans la matière, donnant ainsi une luminosité particulière. Véritable mode à l’Antiquité, le cristal constituait l’élément favori des architectes, sculpteurs et décorateurs du monde grec et romain. Les Romains ont intensifié l’admiration pour cette matière en mettant au point des techniques d’extraction et de transformation, lui donnant un nouvel aspect. La culture romaine s’est servie de cet élément pour décorer leurs maisons et palais particulièrement avec l’art de la mosaïque. Le cristal poli était à la mode, car il incorporait de nombreux coloris, dont les Romains révèrent leurs sols, murs et colonnes. Durant cette époque, le difficile transport par mer ou par terre de la matière depuis les carrières des îles grecques jusqu’à Rome, haut lieu de distribution, donna un prestige luxueux à cette roche. Elle devient alors un trésor égal à l’acquisition de métaux précieux, d’épices ou d’esclaves. L’Histoire prouve cet attrait pour cette matière dans ses réalisations architecturales uniques et encore admirer aujourd’hui. Effectivement, la matière luxueuse constitue la ville de Rome, de Florence, le David de Michel Ange, les cathédrales de Pise, le château de Versailles, le Taj Mahal, le Palais du Parlement de Bucarest, la basilique Sainte-Sophie de Constantinople, etc. Ce matériel est aujourd’hui employé pour le revêtement des sols, les carreaux et façades, les fontaines, escaliers et tombeaux. Ses nuances et ses grains plus ou moins fins constituent l’esthétisme à la mode pour les façades. Toujours aussi chic, le matériau n’a pas perdu de sa réputation et constitue l’élégance en matière d’architecture.

La pierre Marbre se définit en géologie comme un minéral dont la texture calcaire a été modifiée. Cette transformation, nommée métamorphisme, permet une modification de l’assemblage minéralogique et une transformation de sa composition chimique provenant de la recristallisation d’anciens calcaires. Aussi, la pierre, d’un point de vue géologique, est constituée de cristaux de calcite, autrement dit, former par la précipitation du carbonate de calcium. Elle se caractérise par sa capacité à prendre le poli et son esthétisme basé sur ses veines et ses taches de différentes teintures. En France, la plupart des roches dans les carrières devraient porter le nom de pierres marbrières afin de correspondre à la définition géologique. En opposition à cette stricte définition, le matériau se définit différemment dans le domaine de l’Art. Principalement dans la sculpture et l’architecture, la pierre marbrière se caractérise par une matière rocheuse de grandes variétés assez dure pour pouvoir être lustrée grâce au polissage. Cette technique permet de rendre la surface du minéral capable de réfracter la lumière du soleil et par conséquent être brillante.Dans la plupart des cas, ce sont des roches qui possèdent des cristaux plus ou moins fins visibles à l’œil nu. Le minéral, défini selon le domaine artistique, peut désigner des rochers calcaires sédimentaires, donc non transformés, qui trouvent leurs origines dans les récifs coralliens ou les dépôts de boue calcaire fossilisés. Aussi, l’art se satisfait de nombreux minéraux non calcaires pouvant être polissables tels que les minéraux silicatés. La pierre de marbre est historiquement la substance la plus employée dans la sculpture et l’architecture grâce à ces nuances. De coloris blanc, dit « statutaire », elle est la plus fréquente. Elle est utilisée pour la sculpture, car sa teinture uniforme est sans veine ni tache et possède un grain fin et homogène. Aujourd’hui, le terme marbre réunit principalement les rochers calcaires, désignant parfois ceux polissables. Les définitions, géologiques et artistiques, distinguent l’attrait pour sa composition et sa malléabilité. Le langage courant prône le terme de pierres marbrières pour définir l’ensemble.

La pierre Marbre a connu son apogée dans l’Antiquité gréco-romaine, cependant, de nombreuses cultures se sont inspirées de ce minéral pour créer des pièces d’exception. Dans l’Égypte ancienne, différentes variétés de minéraux ont été travaillées pour réaliser des vases placés dans les tombeaux des pharaons. La culture égyptienne utilisait ses vases de marbre pour y placer les organes (cœur et poumons compris) des rois afin qu’ils les gardent après la mort. Croyant à une après-vie, les pharaons et hauts fonctionnaires possédaient ces fioles sculptées en animaux sacrés auprès de leurs sarcophages. L’or et le marbre étant admirés de tous au temps de l’Égypte ancienne, on retrouve des éclats de ces matières sur les vases et les tombeaux dans la plupart des pyramides. Durant le siècle du Moyen-âge, dans le monde byzantin et en Italie, son usage s’est développé en continuité de l’Empire romain. La basilique Sainte-Sophie de Constantinople est un exemple de cette envie de copier la tradition romaine tout en mêlant la culture byzantine du Moyen-âge. Ses colonnes sont taillées dans de remarquables minéraux telles que le porphyre rouge (venu d’Égypte). À ce jour, la basilique se définit encore comme un chef-d’œuvre architectural. Employé principalement comme parement exceptionnel, le fin cristal était utilisé par la culture byzantine, avec une exigence pour les coloris et les motifs les plus prestigieux, pour la réalisation de beaux panneaux décoratifs ou de colonnes.

En Italie, le matériau qui perdurait depuis des siècles, s’inspira de l’influence byzantine et continua l’utilisation du minéral malgré ses nombreux pays voisins qui plongeaient dans l’art gothique. L’Italie redonna naissance à la roche à l’époque de la Renaissance en offrant au monde le beau spectacle de Pise, Florence et Rome. Le règne des Médicis, souverains de Toscane, fit redécouvrir la matière luxueuse à toute l’Europe. L’Italie atteignit son apogée dans l’utilisation du matériau pendant la période baroque. Principalement dans le décor intérieur des églises, le minéral était travaillé pour donner des formes, des textures plus ou moins fines, des couleurs, des motifs plus artistiques, plus raffinés. En France, influencée par la mode italienne, la pierre de marbre prit une dimension politique par une envie de se démarquer. Louis XIV orna le château de Versailles des matériaux les plus beaux et les plus chers du royaume, n’hésitant pas à aller chercher dans les sources des Pyrénées, du Languedoc ou de Province ou à l’international pour trouver des nuances remarquables. Le beau minéral arrivait par le fleuve après avoir été marchandé avec des négociants toscans ou génois. Chaque époque et chaque culture a su s’imprégner et séduire par l’art de manier cette roche. Aujourd’hui, la plupart des carrières ont disparu et le beau minéral avec tout son savoir tombe doucement dans l’oubli. La question du patrimoine du savoir sur l’histoire et le savoir-faire de cet élément est en discussion.

Origine et composition de la pierre marbre

Les différentes variétés de minéraux calcaires compactes, à grain plus ou moins fin, possédant la possibilité d’être poli sont désignées sous le terme marbre. L’époque la plus abondante de création de ce beau minéral est dans les terrains mésozoïques, à l’ère secondaire (l’époque Triassique, Jurassique et Crétacé). À cette époque, les variétés sont les plus belles et riches en couleurs ; leurs nuances, la combinaison et l’agencement des coloris, leurs vivacités, etc. Chaque chantier d’exploitation de cette partie de l’Histoire a fourni de nombreuses variétés. Rocher lourd au poli brillant, il s’est formé sous la pression, la chaleur et l’action des vapeurs naturelles de la Terre à 6000 mètres, dans la couche terrestre. La formation de ce minéral a été possible grâce à un grand dépôt de calcaire qui s’est formé il y a environ 330 millions d’années. Ce dépôt s’est accumulé au fond des mers dont il ne demeurera que des îles de massifs. La France garde ces marques du temps : le massif centre, le massif des Vosges, l’Ardenne ainsi que les Alpes et les Pyrénées. La formation définitive du minéral s’est produite dans un intervalle de 50 millions d’années par une cristallisation complète. Cette couche sédimentaire se trouve dans des carrières souterraines ou à ciel ouvert. Depuis ces lieux, il est possible d’extraire le matériau avec des outils tels que la scie à fil diamanté.

Inventée à la fin des années 70, pour l’extraction des blocs du minéral dans les chantiers d’exploitation de Carrare en Italie, la scie à fil diamanté horizontal permet d’équarrir les blocs et de scier des tranches épaisses afin de réaliser des dallages, murs, plans de travail ou monuments urbains. Véritable révolution industrielle, l’outil apporte un grand gain de productivité et une coupe nette de qualité. Le bloc est ensuite envoyé dans des ateliers, appelés marbrerie, pour être coupé et taillé. Aujourd’hui, en Europe, la plupart des blocs sont envoyés en Italie, rare pays où l’expertise perdure. Une couche de calcin recouvre naturellement le minéral, il suffit de mettre de l’eau dessus pour voir apparaître les dessins naturels. Aussi, tous les acides attaquent le cristal. Les coloris dépendent de la constitution de départ du rocher. Par exemple, le rouge s’obtient grâce à des sels de cuivre, de fer et de chrome, le vert vient du magnésium. Le cristal peut posséder une variété de nuances : le blanc, le plus connu, le rouge, bleu, vert, jaune ou bien plus sombre, gris ou noir. La texture dépend de la composition ainsi que de la pression et de la chaleur exécutée sur la matière. Il existe donc de nombreux aspects : par veines, taches, mouchetures, ondes et nuages. Les veines sont appelées marbrures, elles constituent, en partie, l’esthétisme de ce minéral. Les granites ou les porphyres sont aussi souvent considérés à défaut comme du marbre, car ce sont des rochers polis. Aujourd’hui, il est possible de fabriquer de la pierre marbre synthétique en laboratoire en petite quantité. Pour cela, la pression doit atteindre 2000 bars et la chaleur environ 800 °C pendant une semaine pour être créée.

Dans les civilisations anciennes, les chantiers d’extractions ont été employés de toutes sortes, épuisant ainsi de nombreuses variétés. Ces minéraux se définissent comme des marbres antiques, s’opposant ainsi aux modernes. Le Lucullus, nommé par les Romains, provenait de Millet et d’Alabanda en Carie, région historique de l’Asie Mineure, a disparu. Le rouge d’Égypte, d’une teinte foncée avec des taches et des veines de couleurs sombres, est devenu extrêmement rare et luxueux. On le retrouve sur la statue de Marcus Agrippa, au Palais Grimaldi à Venise. Le vert antique fait partie des brèches serpentines exploitées dans la Thessalie, région traditionnelle et historique de Grèce, au sud de la Macédoine. Son beau coloris terne et foncé, moucheté de blanc souvent mêlé avec de la calcite, dolomie ou magnésite se découvre sur quatre majestueuses colonnes au Musée du Louvre. Le bleu de l’époque se situait en Italie, il possède de gros grains, couleur blanchâtre rose avec des ondes, des taches d’un bleu ardoise en zigzags. Le petit antique se trouvait à Staremma en Étrurie, région d’Italie centrale, actuelle Toscane. Son grain est très fin et possède des veines de blanc et gris d’ardoise. Le jaune de l’époque était extrait des chantiers d’exploitation de la cité Simitthus, actuel village de Chemtou, en Tunisie. Son coloris est uniforme, mais l’intensité de ses teintes varie. Le grand antique était extrait dans la vallée du Lez, près d’Aubert dans les Midi-Pyrénées. Il se compose de fragments et de linéaments noir foncé qui se mêlent à des fragments clairs étincelants. La brèche d’Alep s’exploitait aux environs de Carrare. De coloris variés, le cristal offre des fragments anguleux de couleur lilas mêlée à un fond brun violâtre. Les chantiers d’extraction de marbre antique sont actuellement épuisés ou inconnus. L’industrialisation du XIXe siècle a dénommé le marbre moderne, qui s’épuise rapidement, dont on peut réaliser une classification basée sur leurs compositions.

Dans le marbre moderne, on distingue les simples, brèches, composés et lumachelles. Le simple se compose essentiellement de carbonate de chaux. Généralement blanc, noir, rouge ou jaune, il possède une valeur importante grâce à la pureté de sa teinte. Les localisations les plus importantes se trouvent sur l’île de Paros et le mont Pentélique, dans la mer Égée et les chantiers de Carrare près de Modène, au sud-ouest de Bologne et de Seravezza, en Toscane, en Italie. Depuis de nombreux siècles, ces carrières d’Italie fournissent des blocs utilisés pour la sculpture. Désignées comme statuaires, les carrières de Paros et de Carrare offrent une qualité reconnue depuis des siècles. À Paros, la texture est granuleuse, brillante alors que celle de Carrare possède de petites lames de cristallines. Le minéral sombre, noir ou gris, s’exploite dans la Région wallonne, en Belgique dans les régions de Dinant et Namur. Cette variété est en partie utilisée pour la construction de monuments funéraires. La griotte provient de Gaunes dans les départements de l’Aude et de l’Hérault, au sud de la France. Son rouge foncé possède des taches ovales brunes dues à des coquilles de mollusque. Le jaune de Sienne s’extrait des environs de la ville de Sienne, en Italie. Cette nuance est surtout recherchée dans la marqueterie et les socles de pendule. Le Saint-Anne est extrait en abondance dans le Hainaut belge, sert principalement dans la construction d’escaliers, cheminées, monuments funéraires, décorations intérieures de meuble, voirie. Son coloris gris foncé est soutenu avec des taches blanches plus ou moins grandes. Enfin, bien que la liste ne soit pas exhaustive, le vert de Gênes, situé au nord-ouest de l’Italie, est de couleur verte veinée de blanc. Il est le plus dur de tous les marbres. Les brèches sont souvent le fruit de rassemblement de fragments de couleurs diverses réunis par un ciment de rochers sédimentaires.

Quelquefois, elles se forment par des veines qui divisent le bloc en pièces distinctes ressemblant à des morceaux réunis. Les brèches, ces ruptures minéralogiques en fragments anguleux, peuvent être de grandes ou de petites dimensions. La brèche d’Aix est identifiable par ses grands fragments de couleurs jaunes et violet joint par des veines de coloris gris ou noir. Elle s’exploite dans les Bouches-du-Rhône. La brèche violette, nommée aussi fleur de pêcher s’exploitait en Toscane. Cette brèche fait partie des minéraux rocheux modernes, pourtant l’exploitation dans les chantiers d’exploitation est épuisée. Les composés se distinguent par une matière étrangère disposée en feuillets ou en nid à l’intérieur de la roche. La masse apparaît donc plus ou moins fragmentée variant entre serpentines, dont l’hydratation est forte en magnésium, et mica, procurant la possibilité de se diviser en feuillets minces, flexibles et brillants. Cette définition comporte le vert antique, de Suze, de Mer et celui de Florence. Enfin, les lumachelles renferment des morceaux de coquilles soit entassés soit disséminés. Le Drap mortuaire reflète cette catégorie avec son fond gris, noir et ses coquilles coniques blanches. La lumachelle d’Astrakan se détermine par son fond de couleur café et ses coquilles jaune foncé. Venant de la région de la mer Caspienne, elle est rare et très recherchée. L’opaline, la lumachelle de Narbonne et la lumachelle de Lucy-le-Bois sont aussi à fond noires avec de nombreuses coupes de coquilles. Souvent les lumachelles servent à faire des cheminées, des dessus de meubles et pour les plus rares, elles sont utilisées pour la décoration, notamment de beaux petits objets luxueux.

Vertus et propriétés de la pierre marbre en lithothérapie

Les vertus et propriétés de la pierre marbre sur le plan mental

La pierre Marbre est adaptée pour aider dans les changements, les prises de décision et encourage les résolutions de renouveau dans la vie. Pierre d’initiative, elle aide à être plus téméraire, plus courageux. Ses effets de revitalisation sont souvent utilisés dans les spas. Le simple contact de la peau sur le minéral rocheux permet de retrouver de l’énergie corporelle. Sur un plan plus spirituel, le cristal est utile lors d’expérimentation de voyages astraux. Le minéral statutaire, exprimant l’épuration et la sérénité, encourage l’expression des émotions avec plus d’amour, de bienveillance et de douceur. L’Onyx, proche de la pierre de marbre dans sa forme polie, confère de la force et du soutien dans les circonstances difficiles. Apportant une aide majeure dans les périodes de stress mental ou physique, l’onyx conduit dans l’avenir. Il facilite le centrage de l’énergie, apaise les disputes amoureuses et guérit les vieux chagrins et tristesses grâce à sa propriété d’emmagasinement de souvenirs physiques. L’onyx offre le don des décisions sages ainsi que la vigueur, fermeté et la vitalité. Ce cristal apporte une confiance en soi et donne la faculté de se sentir à l’aise dans son milieu. La calcite, qui se compose également de carbonate de calcium est un puissant amplificateur d’énergie.

Écartant les énergies négatives dans les pièces et dans le corps, la calcite est liée à la conscience supérieure. Elle relie les émotions à la conscience, redonne espoir et combat la paresse. Ce cristal actif accélère la croissance et facilite l’ouverture à la sensibilité spirituelle. Connectée à l’intelligence émotionnelle, la calcite calme l’esprit et intensifie la mémoire. Elle enseigne le discernement, l’analyse et la transformation d’idée en actions. Importante dans les études, la calcite allège le stress émotionnel et apporte la sérénité. Stabilisante, la calcite offre la capacité de surmonter les obstacles. Enfin, le marbre de Picasso, nommée aussi jaspe de Picasso, est une gemme qui encourage à l’action pour atteindre ses buts. Cristal d’authenticité et de sincérité, il permet d’aller au bout de ses convictions, de ses principes et de ses actions dans la vie quotidienne et spirituelle. Le jaspe de Picasso stimule la créativité, l’imagination et apporte des idées neuves. Il est favorable aux artistes en quête d’inspiration et favorise naturellement l’entraide et la compassion.

Les vertus et propriétés de la pierre météorite sur le plan physique

Le cristal apporte des soulagements significatifs sur le plan physique. Certaines légendes content que les Grecs soignaient de nombreux maux gastriques avec de la poudre de marbre. La Paésine, proche de l’essence de cette poudre, fortifie les os et développe l’imagination et les rêves. Le cristal statutaire permet de se reminéraliser et facilite l’élasticité de la peau. Sa pureté est réputée pour éloigner les addictions telles que l’alcool ou la drogue. L’onyx favorise également l’absorption d’énergies positives et facilite l’harmonie et la guérison. La gemme soutient la récupération après une opération gynécologique ou mammaire. Liée de manière bénéfique avec les globules blancs, les troubles osseux et la moelle épinière, la roche sert à soulager le travail corporel. La calcite purifie les organes d’élimination, fortifie le squelette, les articulations et les os en augmentant l’absorption de calcium. Idéal pour fortifier le système immunitaire, la calcite favorise la croissance des enfants, fortifie la guérison des tissus et stimule la coagulation du sang. Le jaspe de Picasso stimule activement le système immunitaire, booste la circulation sanguine et favorise l’irrigation des muscles et des organes. Telle que l’onyx, la gemme facilite le fonctionnement de l’ensemble du corps et des troubles osseux. Elle prévient les désagréments gastriques et intestinaux. Favorisant le déroulement du système digestif, le jaspe de Picasso provoque des effets bénéfiques sur l’estomac et l’intestin. Utile pour les problèmes cutanés ou les tensions musculaires, le jaspe soulage les maux.

Le minéral rocheux nécessite un nettoyage régulier afin de préserver son éclat et sa longévité. Pour plus de précautions, il existe différentes manières de la nettoyer naturellement. Tout d’abord, le mélange de cristaux de soude avec de l’eau génère un liquide à appliquer directement sur la surface pour apporter de la brillance au noble matériau. Il suffit de sécher la surface avec un linge propre. Sinon, la pierre d’argile avec une éponge humide constitue un nettoyage en profondeur. Le rinçage à l’eau est essentiel. Aussi, le blanc de Meudon et d’Espagne est utile pour un entretien régulier. Le mélange de la poudre avec de l’eau crée une pâte liquide à appliquer sur la surface. Enfin, le savon noir liquide dans un bol d’eau chaude permet de nettoyer la pierre. Il est nécessaire de sécher la surface avec un chiffon propre. Il est important de souligner que la pierre de marbre ne doit jamais toucher de l’acide. Rien que le citron pourrait détériorer le minéral. Aussi, il est recommandé de la purifier à l’eau distillée avant utilisation pour chasser les éventuelles énergies négatives. Ensuite, le simple fait de laisser la surface se chauffer et sécher au soleil suffit à la recharger. En ce qui concerne l’utilisation, il est possible de déposer le cristal directement sur les parties sensibles. Par exemple, sur un ulcère, sur la peau, au niveau du cœur, etc. Pour plus d’effet, il est conseillé de garder un petit morceau sur soi, par exemple dans ses poches. Idéal pour un bienfait constant, le beau minéral peut être porté en bijou (bracelet, collier, bague, etc.).

Symbolique de la pierre marbre

  • Le marbre permet d’intégrer l’homme avec la nature

 

Traditions de la pierre marbre

  • Certaines collections d’objets en marbre sont exposées au Musée de Florence en Italie et ayant appartenus aux familles de la haute bourgeoisie (aux Médicis). Il était de tradition pour certains peintres miniaturistes d’intégrer des personnages peints dans les paysages offerts par le Marbre.