Pierre Antimoine

pierre antimoine

Caractéristiques de la pierre antimoine

  • Origine du nom : Issu du dérivé d’« anti monos » qui signifie en soi « le contraire de seul ».
  • Composition chimique : Sulfure d’antimoine, Sb2S3
  • Dureté : 2
  • Système cristallin : Orthorhombique
  • Gisement(s) : Allemagne, Chine, France, Italie, Japon, Roumanie.
  • Couleur(s) : Gris, noir.

Voir les produits associés à l’antimoine

La pierre antimoine, son histoire, son origine et sa composition, ses propriétés et ses vertus en lithothérapie

Histoire de la pierre antimoine

La pierre antimoine tire son nom de deux mots en grec ancien. L’un est “anti” que l’on peut traduire par “à l’opposé de”, et l’autre, “monos” signifie “seul”. Cette origine est de plus confirmée par des croyances anciennes qui affirmaient qu’un tel métal ne se présente jamais seul. Cependant, les puristes de la langue grecque ancienne font régulièrement remarquer que le terme “anti” possède en réalité diverses traductions en fonction du contexte (en face, en échange, à son tour, équivalant à, contre et bien d’autres encore !). Dans tous les cas, il ne fait jamais référence à une simple négation. Historiquement parlant, on situe sa découverte au IVe millénaire av. J.‑C. Les babyloniens ont été les premiers à l’exploiter pleinement. Ainsi, des recherches ont permis l’émergence d’un vase datant d’au moins quatre mille ans avant notre ère. Les Égyptiens s’en servaient eux pour la fabrication de récipients en cuivre permettant le transport de l’eau. Ils la nommait alors “mśdmt” (prononcez “mesdemet”). Un peu plus tard, ce sera au tour des alchimistes du Moyen-Âge de l’utiliser.

Bien entendu, les latins ont eux aussi eu recours aux bienfaits de la pierre antimoine. Au 1ier siècle après JC, Celse et Pline l’Ancien la nommait “stibium”, que l’on traduira par “signe” ou “marquage”. Toutefois, ce terme introduisait dans le même temps la notion de masculin et de féminin et donc une distinction. En effet, la stibine était associé au côté masculin et paraissait inférieur à son homologue féminine, la pierre à l’état naturel.

Quant à la forme latine médiévale du terme (à savoir antimonium), elle fut réellement adoptée aux alentours de l’an 1050. Il faut bien reconnaître que les linguistes ont du mal à en expliquer totalement l’origine. Certains avancent tout de même l’hypothèse d’une influence arabo-persane. Leurs arguments reposent en partie sur la découverte de documents conçus à la fin du XIième siècle et reprenant cette version latine du mot. Il s’agit notamment de traités de médecine attribués à Constantin l’Africain. Selon cette hypothèse, “antimonium” serait issu d’un ou plusieurs mots que l’on pourrait traduire par le “le brillant”, rappelant ainsi l’aspect de la pierre.

Pour s’éloigner un peu du sérieux des recherches historiques et pour conclure sur l’étymologie, évoquons enfin la légende qui entoure ce terme. Il aurait pour origine une série mystérieuse de décès de plusieurs moines durant le Moyen-Âge. Un alchimiste français nommé Basile Valentin (par ailleurs élève du médecin, philosophe et aussi théologien laïc suisse Paracelse) en fut accusé. Sans que l’on sache réellement si ses intentions étaient néfastes ou non, cet homme donnait régulièrement les résidus de ses expérimentations à ses cochons afin de les nourrir. Un jour, ils auraient contenus des fragments de la pierre qui auraient ainsi rendus les animaux impropres à la consommation. Malheureusement pour eux, les moines de la communauté proche les ont donc mangé.

Origine et composition de la pierre antimoine

Appartenant à la famille des pnictogènes, la pierre antimoine est représenté, en chimie, par le symbole Sb (rappelant ainsi la stibine, un corps antimonié) et son numéro atomique est le 51. Faiblement électropositif (son électronégativité selon Pauling se situe à 1,9, tandis que celle établie par As est très proche de 2), il peut être qualifié de métalloïde du cinquième groupe principal du tableau périodique. Cela induit par conséquent qu’il possède des caractéristiques proches des autres métaux mais aussi des propriétés spécifiques aux non-métaux. On effectue souvent un parallèle avec l’arsenic tant il est vrai que les deux éléments présentent des similitudes. Ainsi, tous deux sont par exemple toxiques et cancérigènes. D’ailleurs, l’homme les associe depuis de longues années, notamment lors de la fabrication de balles pour fusil à base de plomb. Ces dernières pourront donc porter le qualificatif “antimonié”, utilisable pour toute matière composée (alliage ou non) de cet élément, que cela soit en totalité ou en partie seulement.

L’Homme utilise ses bienfaits depuis sa découverte intervenue durant l’Antiquité. Cette période s’est d’ailleurs montrée particulièrement riche pour la découverte des métaux et autres composés chimiques. On utilisait par exemple beaucoup le soufre sous forme de poudre. Aisément identifiable à l’état naturel avec sa couleur gris-argenté, elle a pu être associée à d’autres matériaux lui permettant ainsi de doper son efficacité tout en lui trouvant des utilisations diverses et variées. Par exemple, son alliage métallique avec le plomb précédemment évoqué, lui confère encore plus de dureté et de résistance face aux outrages du temps, du feu ou encore de la corrosion.

Sur un principe similaire, on la transforme en oxydes (plus connu sous le nom et l’appellation chimique Sb2O3 ou Sb2O5) puis on combine l’un ou l’autre de ces oxydes avec des halogènes. Le produit ainsi obtenu possède alors des propriétés ignifugeantes (résistantes au feu) et devient un véritable stabilisateur face à la chaleur. Il trouvera ainsi des débouchés pratiques dans les plastiques, le caoutchouc, les textiles, les peintures ou encore la production de creusets (derrière ce nom se cache un petit récipient métallique, conçu en matériau réfractaire permettant de fondre ou calciner des substances). Toutefois, il convient de garder à l’esprit qu’un tel produit est toxique. Par conséquent, son utilisation doit se faire selon un cadre strict (à l’image d’autres comme la poudre de soufre ou le mercure), ce qui freine en partie le développement de cette matière dans le milieu industriel. Enfin, certaines recherches historiques ont démontré que ce métal avait joué un grand rôle dans le développement de l’imprimerie en facilitant la fabrication des creusets servant à concevoir les différents caractères. De nos jours, le premier débouché pour la pierre antimoine reste la production de batteries au plomb. Elle sert ainsi à allonger la durée de vie des électrodes. Des recherches sont actuellement en cours pour l’intégrer aussi à des piles, dont celles à mercure. À un degré moindre, elle entre aussi dans la composition de certains produits destinés à retarder la progression des flammes. Même si ces activités demeurent encore réduites, il convient également d’ajouter à cette liste la création de nouveaux géotextiles, de géomembranes ou encore de bouteilles recyclables grâce à ce métal.

Il est peu fréquent de trouver un filon de pierre antimoine à l’état natif. Lorsqu’une telle rareté minéralogique est découverte, le gisement se révèle le plus souvent discontinu et pas très grand en taille. En effet, le minéral préfère se glisser au sein des fractures ou des veines et même dans les corps de remplacement. Une telle configuration explique pourquoi cette pierre est rarement extraite seule mais plutôt en coproduction avec un ensemble zinc-plomb par exemple. Les besoins annuels s’établissent autour des 150 kt. Parmi les pays producteurs, figure au premier rang la Chine avec plus de la moitié des réserves mondiales soit un filon d’approximativement 1 Mt. Dans la suite de ce classement on retrouve respectivement la Thaïlande, la Russie, le Tajikistan puis la Bolivie. La France a également longtemps compté parmi ces producteurs. Ainsi, jusqu’en 1992, la capacité nationale était de 130 kt. Des réserves potentielles sont toujours présentes et réparties au sein de petits sites de production comme ceux de Brioude-Massiac (Cantal), les Brouzils et Rochetréjoux (Vendée), La Lucette, Semnon (Mayenne) et Valcros (Var).

Vertus et propriétés de la pierre antimoine en lithothérapie

Les vertus et propriétés de la pierre antimoine sur le plan mental

Cette pierre favorise les changements et les transformations chez son porteur. Elle influence favorablement la confiance en soi tout en contribuant à l’épanouissement personnel. Grâce à son énergie en provenance de la Terre, elle dispose également d’un pouvoir amplifiant. Attention, il est primordial de définir vos propres objectifs avant d’utiliser l’antimoine comme remède à certaines de vos difficultés. Dans le cas contraire, vous risqueriez de vous exposer aussi aux effets négatifs de cette pierre. Veillez à bien la conserver dans un endroit à l’abri de l’humidité. Pour plus de sécurité, il convient de la placer dans un récipient tel une assiette ou un verre vide.

Les aspects positifs vont conduire celui ou celle utilisant ce minerai à retrouver un courage perdu ou en sommeil. Cette force nouvelle induit également une distanciation voire un rejet total de notions telles que la possession ou l’individualisme. La pierre antimoine régule les fréquences internes, ce qui vous permet ensuite de tirer pleinement profit de la totalité de votre potentiel. De plus, vous allez gagner en clairvoyance et en concentration. Vous serez ainsi pleinement concentré sur les objectifs que vous vous étiez fixés. Si vous maîtrisez pleinement l’usage du pendule, vous allez être en capacité de vérifier la pureté de la pierre. En cas de résultats favorables, elle pourra être utilisée dans le but d’inciter au retrait une ou plusieurs entités. Enfin, vous devez absolument savoir que la pierre ne doit pas entrer en contact avec l’eau, le sel ou encore un crud d’ammoniaque sous peine de voir ses vertus et pouvoirs fortement altérés.

Les vertus et propriétés de la pierre antimoine sur le plan physique

Sur le plan physique et de la santé, la pierre antimoine est en capacité d’agir à différents niveaux. Tout d’abord, elle améliore la circulation sanguine dont elle régule la pression. Le système digestif va lui aussi bénéficier des bienfaits de cette pierre, notamment pour la prise en charge des douleurs subvenant dans cette région (infections, tension de l’œsophage ou encore troubles stomacaux). Grâce à son pouvoir élevé de protection, l’antimoine va vous épauler efficacement pour appréhender au mieux les incessants changements survenant dans notre vie. Celle ou celui qui porte un tel minéral se voit donc doter d’un solide allié qui contribuera à son bien-être. Cette pierre se montre aussi capable de remettre de l’ordre, de réorganiser une situation pouvant paraître chaotique. Par conséquent, vous pouvez l’utiliser en totale sérénité lors de cérémonies et de séances de méditation. De plus, son action est également bénéfique si vous cherchez à réaliser des économies sur le plan financier.

Dans la pratique, ce minéral sert aussi à établir des diagnostics fiables. Il permet en effet de détecter le moindre souci quelque soit la zone corporelle. La pierre ne se contente pas seulement de trouver les faiblesses. En effet, elle dispose également d’une action protectrice face aux constantes variations de fréquences d’énergie que doit affronter notre corps en permanence. Attention, pour un tel usage, veillez à faire ressortir tous les pouvoirs de purification de l’antimoine. Pour cela, nous vous rappelons qu’il est impératif de ne pas appliquer de sel ou de crud d’ammoniaque dessus. Vous ne devez également pas la plonger dans un verre d’eau. Enfin, réduire la pierre stibine à un simple remède aux problèmes nuisant à votre bon état de forme serait une cruelle erreur. En effet, elle peut agir aussi sur le corps émotionnel. Elle va notamment être en capacité d’en éliminer les toxines qui nuisent à son bon fonctionnement. Grâce à cette action, vous ressentirez également un impact positif sur la qualité de vos séances spirituelles. On prêt ainsi à l’antimoine la caractéristique de favoriser la compréhension avec toutes sortes d’entités dont celles d’origine animale comme végétale.

Symbolique de la pierre antimoine

  • L’antimoine permet d’atteindre la perfection lors de l’avant dernière étape de la transmutation du vil métal en or par la Pierre Philosophale.
  • L’antimoine est le symbole du courage ainsi que de la protection.

 

Traditions de la pierre antimoine

  • Egypte : Ils se servaient de la poudre d’antimoine pour se maquiller les yeux et foncer les cils
  • Moyen-Âge : L’antimoine était l’apanage des alchimistes et était nommée “fils naturel de Saturne”, “matière des sages” ou encore “loup gris des philosophes” ou  .