Pierre Stibine

pierre stibine

Caractéristiques de la pierre stibine

  • Origine du nom : Certains affirment qu’il viendrait du mélange dont est issu le minerai d’extraction. À l’état naturel, ce métal est toujours voisin de nombreux autres métaux comme l’argent ou le cuivre, son nom serait donc un dérivé d’« anti monos » qui signifie en soi « le contraire de seul ». D’autres pensent plutôt que ce nom vient du moine Basilius Valentinus qui fut le premier à faire profiter ses pairs des vertus de la pierre stibine
  • Composition chimique : Sulfure d’antimoine, Sb2S3
  • Dureté : 2
  • Système cristallin : Orthorhombique
  • Gisement(s) : Allemagne, Chine, France, Italie, Japon, Roumanie
  • Couleur(s) : Gris, noir

Voir les produits associés à la stibine

La pierre stibine, son histoire, son origine et sa composition, ses propriétés et ses vertus en lithothérapie

Histoire de la pierre stibine

La première trace écrite se référant à la pierre stibine date de l’an 77 dans les écrits de Pline l’ancien. Ce n’est que bien plus tard que François Sulpice Beudant instaure le terme stibine, venant du grec « Stibi ». La localité type de cette espèce minérale se trouve au Japon, dans le gisement d’Ichikawa sur l’île de Shikoku, la mine est aujourd’hui épuisée. Il subsiste plusieurs gisements en Amérique du Sud, au Mexique, en Bolivie ainsi qu’au Pérou. Durant les Ve et VIe dynasties de leurs pharaons, les Égyptiens anciens utilisaient ce métal pour recouvrir des récipients en cuivre qui servaient au transport de l’eau. On a également trouvé lors de fouilles un vase chaldéen intégralement façonné à l’aide de ce minerai.

Il est fait mention de l’antimoine dans la bible, Jézabel utilisait ce minerai pour se maquiller les yeux. Il s’agit d’une pratique à la fois hygiénique et esthétique très prisée chez certains peuples anciens. Les chinois, les romains ainsi que les Grecs utilisaient également ce minerai pour pratiquer divers soins. Au cours du XVIe siècle, le moine Basile Valentin décrit dans son pamphlet les bienfaits de ce métal et son action sur la purification de l’or. Basile allait jusqu’à prétendre que les mêmes effets purifiants pouvaient être constatés sur le corps humain.

Jusqu’à la seconde moitié du XVIe siècle, des abus dans l’emploi thérapeutique de composés à base de ce minerai ont causé de nombreux décès. La faculté de Paris interdira finalement leur recours. La vaste utilisation de composés antimoniés a donné lieu à la naissance d’un vocabulaire dérivé original qui dans certains cas est encore usité de nos jours. Le trioxyde par exemple était appelé fleurs argentines, le pentasulfure quant à lui se dénommait soufre doré. Parmi les autres appellations étranges, l’oxychlorure était appelé poudre d’algaroth, et le trichlorure beurre d’antimoine.

La renommée principale de ce minerai découle des travaux des alchimistes. Il s’agit pour eux d’un matériau primordial, et ils avaient plusieurs façons de le nommer. Le « loup gris des philosophes », la « matière des sages », ou encore le « fils naturel de Saturne » sont autant d’appellations alchimiques de ce métal. Il était considéré comme pouvant être l’étape pénultième avec d’atteindre la perfection, en réussissant la transmutation d’un métal impur en or. À notre époque, des dérivés organiques de ce minerai sont toujours utilisés pour traiter différentes propagations parasitaires internes.

Origine et composition de la pierre stibine

Il s’agit d’une espèce minérale de catégorie 2 faisant partie de la même série que la bismuthinite. Elle est composée de sulfure d’antimoine dont la formule idéale est Sb2S3. Le symbole chimique de son élément est Sb et son numéro atomique 51. On y retrouve également des traces de cuivre, zinc, plomb, fer, titane, et divers autres métaux. Ce sulfure a été utilisé à des fins cosmétiques pendant de nombreux siècles, pour la composition de fards à paupières et de mascaras. De nos jours encore, celui-ci peut être utilisé dans la pyrotechnie pour produire un effet de scintillement. Ce minerai de couleur métallique et argentée est d’une très forte brillance. Il présente parfois des reflets bleuâtres ou irisés en présence d’altérations. C’est un métal opaque qui possède une dureté de 2 sur l’échelle de Mohs. La formation de ce minerai se produit loin sous la surface terrestre à basse température, entre 500 et 200 °C.

Parmi ses caractéristiques on peut noter que contrairement à beaucoup d’autres métaux il ne ternira pas au contact de l’air ambiant. C’est un très mauvais conducteur électrique et thermique. On le trouve en très faible quantité à l’intérieur de la croûte terrestre, sa concentration ne dépassant pas les 0,7 %, il est plus présent en surface. Ce minerai est listé comme faisant partie des toutes prochaines ressources naturelles non renouvelables qui disparaitront. Il existe plusieurs versions concernant l’origine du nom de ce minerai. Certains affirment qu’il viendrait du mélange dont est issu le minerai d’extraction. À l’état naturel, ce métal est toujours voisin de nombreux autres métaux comme l’argent ou le cuivre, son nom serait donc un dérivé d’« anti monos » qui signifie en soi « le contraire de seul ». D’autres pensent plutôt que ce nom vient du moine Basilius Valentinus qui fut le premier à faire profiter ses pairs des vertus de la pierre stibine.

Ce minerai est utilisé depuis la plus haute antiquité pour divers usages, il servait à la fabrication de poteries à l’époque babylonienne ou encore à l’élaboration de fards à paupières égyptiens. Plus loin encore dans le passé, les Mésopotamiens utilisaient un pigment jaune qui nécessitait la présence de ce minerai lors de sa fabrication. Dans la Rome antique, il était déjà utilisé en tant que vomitif sous forme d’antimonyltartrate de potassium, il était particulièrement prisé durant les orgies et les banquets. Ce minerai a de tout temps passionné les alchimistes, en raison de son éclat et de la pureté de sa couleur. Les alchimistes supposaient que transmuter en argent et en or devait être une tâche simple. La pierre stibine fut donc longuement étudiée et utilisée de toutes les manières envisageables par les alchimistes jusqu’au XVIIIe siècle. L’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert consacre un chapitre entier à ce métal, dans lequel elle revient en longueur sur les utilisations et les vertus de celui-ci. Une calcination du minerai méticuleusement utilisée devrait traiter les boutons sphylitiques. Le chlorure avec ses propriétés caustiques pouvait servir à nettoyer certaines blessures telles que les morsures, ou pouvait être utilisé pour brunir certains métaux. Les apothicaires de l’époque pouvaient utiliser un mélange de sulfures et d’oxysulfures appelé le kermès. L’ouvrage décrit également longuement la préparation de produits médicinaux comme l’antinomium ressucitatum, très indiqué pour calmer les maniaques. Les soufres dorés étaient réputés pour être de véritables remèdes universels et étaient préconisés dans un grand nombre de troubles physiques.

Pendant longtemps, on trouvait les préparations basées sur ce métal sous forme de petites billes à avaler, ou à dissoudre dans des infusions. Ces billes étaient appelées pilules perpétuelles, du fait de leur transmission de génération en génération. Toutes ces préparations à base de ce minerai ont donné lieu à énormément d’effets secondaires regrettables qui poussèrent la faculté de Paris et le Parlement à interdire son utilisation, en 1566. Un siècle plus tard, face à l’énorme demande, un nouvel arrêt permettait à nouveau de l’employer. L’illustre marquise, Madame de Sévigné pour ne citer qu’elle, en consommait quotidiennement dans l’espoir de prolonger sa jeunesse. À notre époque contemporaine, ce métal est employé dans une grande variété de domaines. Le principal pays producteur est la chine, avec une production annuelle de 170 Kilotonnes par an. Il est fréquemment utilisé en soudure ainsi que pour la préparation d’alliages divers. Il est également utilisé pour donner de l’éclat aux feux d’artifice, ainsi que pour effectuer la teinte de verres. Il est présent dans les batteries au plomb ainsi que dans les électrodes. Il est également utilisé lors du processus de polymérisation nécessaire à la fabrication de certaines bouteilles de jus de fruits ou d’eau. Son trioxyde intervient également dans l’industrie textile afin d’apporter une propriété ignifuge aux tissus. Il sert également de catalyseur lors de l’élaboration de certains polyesters. Dans le domaine de l’électronique, le minerai participe à la réalisation de conducteurs comme les électrodes et de semi-conducteurs, en permettant de moduler leurs propriétés électriques. À l’inverse de l’arsenic, ce minerai est fortement toxique, dans ses différents degrés d’oxydation il fait partie des polluants majeurs et dangereux et a un impact négatif sur l’environnement. Ce cristal contient du sulfure de plomb, il convient donc de le manipuler avec soin. L’utiliser de manière industrielle provoque une pollution due à l’émission de particules d’oxyde.

Vertus et propriétés de la pierre stibine en lithothérapie

Les vertus et propriétés de la pierre stibine sur le plan mental

La pierre stibine peut favoriser un changement de son porteur en profondeur et à tous les niveaux. Cette pierre d’attraction et de transformation présente également des bienfaits sur l’épanouissement personnel et la confiance en soi. Pour éviter les effets négatifs, il convient de bien vous assurer de définir précisément ce qui doit être attiré dans votre vie avant de vous en servir. La pierre de stibine émet une énergie rattachée à la terre, nettoyante et protectrice. C’est un cristal d’une grande puissance pour la manifestation et qui peut être utilisée dans l’amplification des énergies vibratoires.

En renforçant le champ aurique, ce minerai permet à celui ou celle qui l’utilise de trouver un courage nouveau et de nouer et maintenir un contact avec une entité, tout en offrant une protection contre l’attachement et la possession. Accompagné d’un pendule, afin de vérifier sa pureté, il peut servir au retrait d’une entité. Il faut pour cela s’assurer de parfaitement savoir manipuler un pendule. La pierre de stibine ne supporte pas l’eau et le sel. Vos fréquences intérieures pourront être mieux régulées grâce aux formidables pouvoirs positifs du minerai, c’est pour vous l’assurance de pouvoir exploiter votre potentiel propre. Le pouvoir libérateur du cristal de stibine vous aidera à vous focaliser sur ce qui doit être accompli.

Les vertus et propriétés de la pierre stibine sur le plan physique

Pour ce qui concerne la santé, la pierre stibine possède des vertus qui aident à améliorer la circulation sanguine. Elle est également connue pour avoir des bienfaits sur les douleurs et les soucis liés au système digestif. Face aux changements incessants auxquels nous devons faire face aujourd’hui, la Stibine est un allié de taille. Elle favorise l’adaptation aux variations de l’environnement en apportant une protection. Elle participe également à améliorer le bien-être de celui ou celle qui l’utilise, et permet de mettre de l’ordre dans le chaos. Le minerai possède de plus des bénéfices propres à favoriser une bonne économie, il sera très utile lors de vos méditations et de vos cérémonies d’intention.

Une des nombreuses manières d’utiliser ce véritable diamant concerne l’établissement de diagnostics. Son pouvoir en fait un outil idéal pour inspecter l’anatomie dans les zones spécifiques où une faiblesse pourrait se dévoiler. Utilisé sans eau ni sel à des fins de purification, il aide également le corps humain à mieux résister aux changements de fréquences d’énergie qu’il subit. Cette pierre possède également un fort pouvoir d’éliminations des toxines du corps émotionnel. La pierre stibine peut améliorer les médiations, mais aussi les expériences d’ouvertures spirituelles en toute conscience, et permettre d’améliorer la capacité à communiquer avec les entités du règne animal, végétal et minéral. En cas de propagation de virus et de bactéries, de tension de l’œsophage ou de troubles stomacaux, ce minerai est d’une aide précieuse pour lutter efficacement contre les agressions.

Symbolique de la pierre stibine

  • Elle permet d’atteindre la perfection lors de l’avant-dernière étape de la transmutation du vil métal en or par la Pierre Philosophale
  • Elle symbolise la Protection et le Courage

 

Traditions de la pierre stibine

  • Égyptiens : Ils se servaient de la poudre de stibine pour se maquiller : souligner le contour des yeux et foncer leurs cils
  • Moyen Âge : l’antimoine était l’apanage des alchimistes. Ils la nommaient “matière des sages”, “loup gris des philosophes” ou encore “fils naturel de Saturne”.