Pierre Or natif

pierre or natif

Caractéristiques de la pierre or natif

  • Origine du nom : Issu du latin Aurum signifiant « or ».
  • Composition chimique : Élément chimique de numéro atomique 79, Or, Au.
  • Dureté : entre 2.5 et 3
  • Système cristallin : Isométrique, cubique face centrée compacte.
  • Gisement(s) : Australie, Afrique du Sud, Brésil, Canada, Chine, États-Unis, Pérou, Russie.
  • Couleur(s) : Éclat métallique, couleur jaune or à jaune clair.

Voir les produits associés à la pierre or natif

La pierre or natif, son histoire, son origine et sa composition, ses propriétés et ses vertus en lithothérapie

Histoire de la pierre or natif

L’Or natif dans l’Ancien Monde

L’or est un élément chimique, de symbole Au, et de numéro atomique 79. Son symbole correspond aux deux premières lettres de « aurum », mot latin. La pierre or natif est considérée comme précieuse ou noble, de couleur « jaune d’or ». Sa texture est dense et très molle, donc facile à travailler, à la main ou au bâton. Le travail de l’or est appelé « orfèvrerie ». Il existe plusieurs types d’or : l’or jaune (contenant 75 % d’or), l’or rose (75%), l’or gris, l’or blanc (pareil que l’or gris, à la seule différence qu’il est recouvert d’une couche de rhodium), et l’or bleu (un mélange d’or et de fer, soumis à un traitement thermique). On trouve l’or natif dans l’eau des rivières, sous forme de paillettes d’or, mais également dans la roche des mines exploitées. Certaines rivières sont aurifères, c’est-à-dire que les paillettes d’or contenues dans la roche s’en détachent pour se diffuser dans l’eau. De plus, certaines personnes qui recherchent l’or vont directement trouver l’or sous la terre grâce à un détecteur. La pierre or natif, sûrement grâce à sa couleur, a toujours symbolisé la lumière, la richesse, le divin et la spiritualité, pour tout type de société. Elle sublime la religion par sa rareté et son prestige. La pierre or natif a très tôt été une offrande aux dieux, une manière d’enterrer ses morts, et également une pierre très utilisée dans les cérémonies religieuses. De tout temps, l’or natif fut hautement apprécié pour sa couleur, et très utilisé. Des parures en or furent fabriquées à partir de la fin du néolithique, et depuis l’Antiquité, des pièces de monnaie en or furent aussi fabriquées. L’or, ainsi que l’argent, a toujours été très prisé pour sa valeur monétaire.

Le nom de l’or vient directement du mot latin « aurum », et l’adjectif « aurifère » se réfère à tout corps qui contiendrait de l’or. Il est possible de le trouver également écrit « aur » dans certains anciens textes français. La Nubie, actuellement une région du nord du Soudan et de l’extrême sud égyptien, est le pays de l’or, qui y était considéré « aussi abondant que la poussière des chemins ». La Nubie fut conquise par l’Égypte. De nos jours, on utilise l’or dans la dentisterie et l’odontologie (science médico-chirurgicale de l’organe bucco-dentaire), ainsi qu’en électronique, possédant comme caractéristiques une résistance supérieure et une très bonne conductivité électrique. De plus, il s’agit d’un métal réfléchissant pour la glace sans tain, et permet de conserver la chaleur en hiver. Pour l’équipement scientifique et les ustensiles de chimie, l’or est aussi crucial. Dans le milieu médical, les prothèses dentaires comme les couronnes sont souvent faites d’or. Pour finir, l’or natif peut également être un médicament, et traité, il peut être ingéré sans problème. Sa principale utilisation reste la thésaurisation (démarche consistant à accumuler de la richesse en la gardant en dehors du circuit économique de base). En juin 2010, les banques du monde rassemblaient environ 27 000 tonnes d’or, soit 40 % dans la zone euro, 30 % aux États-Unis, et 15.000 tonnes en Inde, en épargne privée.

Les objets en pierre or natif les plus anciens sont les bijoux de Varna, datant de 4300 av. J.-C., et sont actuellement exposés dans la nécropole de Varna, en Bulgarie. Si l’on occulte sa valeur monétaire indéniable en Égypte et au Moyen-Orient, l’or est tout de même très utilisé depuis le IIIe millénaire av. J.-C. en Europe. Par exemple, les tombes nous montrent les dorures et des pièces en or, qui symbolisaient dès lors le luxe et la richesse. Durant la période du chalcolithique (fin de la Préhistoire), les peuples atlantiques utilisaient l’or dans leurs parures, symboles de pouvoir et de force. Ensuite, à l’âge de bronze, ce processus s’accélère et l’or est de plus en plus utilisé pour des diadèmes, des torques, des bracelets, etc. L’or est découvert grâce à un processus de fouilles, et la thésaurisation de l’or est de plus en plus courante. En effet, l’or est enfoui sous terre ou caché, dans le but de garder sa fortune de côté en cas de besoin. Dès le début de l’âge de fer, l’or est de moins en moins utilisé. Cependant, on fabrique encore des coupes en or et des armes d’or. Après 550 av. J.-C., les tombes sont recouvertes d’or et d’objets en or, surtout les tombes de personnes importantes : l’or, précieux, symbolise toujours la richesse et la luxure. Ensuite, durant la période de la Tène, l’apogée de la culture celtique en Europe, entre 450 et 25 av. J.-C., il y a encore des objets en or et bronze. Nous pouvons facilement dire que l’or a toujours été important dans chacune des sociétés, tout d’abord pour montrer la puissance des dirigeants, mais également pour le déroulement des cérémonies religieuses. L’or est assimilé au soleil grâce à sa couleur, et dans de nombreuses sociétés, il est un élément important des rites, comme dans la société égyptienne, ou l’or est présent sur les tombes. Toutankhamon et Ramsès se sont également fait enterrer avec des objets en or comme des parures.Cependant, il y avait très peu d’or à cette époque, et l’or était extrait dans de terribles conditions de sécheresse du désert, par des travailleurs. Les puissances augmentaient leur stock d’or en demandant un tribut à la population, ou en le volant militairement. Nous pouvons citer des batailles célèbres ayant rapporté beaucoup d’or : tout d’abord, la victoire de Trajan au début du IIe siècle, à l’issue de laquelle Rome revient avec 180 tonnes d’or et 350 tonnes d’argent.

De plus, la victoire de Bismarck (1871) rapporte 967 tonnes d’or à l’Allemagne, une rançon payée par la France. Pendant la période de l’Antiquité, les rois lydiens (Asie Mineure) firent frapper la toute première monnaie de l’histoire, comme on la connaît aujourd’hui. Il s’agissait de pièces d’électrum, un mélange d’or et d’autres composants (cuivre…), contenant 50 à 60 % d’or. Ces pièces avaient différents poids et valeurs, mais les plus lourdes pesaient environ 10,9 grammes. Une tête de lion était frappée sur ces pièces, qui avaient déjà une forme ronde. L’or était frappé dans les temples et les palais, et était ensuite utilisé comme monnaie courante entre les particuliers. Ce nouveau système monétaire se répand en Perse, en Grèce centrale, puis tout le monde antique adopte ce moyen d’échange. Jusqu’en 1973, le monde entier utilise l’or comme monnaie commune. Cependant, l’or a toujours été utilisé dans la religion, et est encore symbole de divinité. Par exemple, les saints ont une auréole dorée, et le mot « aureola » veut dire « dorée » en langue latine. Les Grecs et les Germains aimaient enterrer leurs dirigeants avec une pièce d’or dans la bouche. De plus, les bijoux en or ont toujours été réservés aux classes hautes de la population, aux chefs, aux dirigeants. Il était de plus en plus difficile pour l’Occident d’extraire l’or lors des conquêtes sassanides et arabes, ce qui conduit à l’utilisation de l’argent qui dépassa l’utilisation de l’or au VIIIe siècle. Au XIe siècle, l’or fut réintroduit peu à peu au sein de l’Occident. De tout temps, les scientifiques tentèrent de fabriquer la pierre or natif par tous les moyens, à partir de plomb et de mercure par exemple.

Apport du Nouveau Monde à l’économie bimétallique

Si la conquête de l’Amérique fut rapide, c’est en partie grâce à la recherche d’or. Hernán Cortés, un conquistador espagnol, lors de la conquête de l’Empire aztèque au Mexique, avait pour but de récupérer l’or présent au sein de cette partie du monde. Une fois sa mission réussie, Cortés envoie une grande partie de son butin au roi d’Espagne Charles Quint, qui lui-même prélevait un impôt appelé le « quinto real », c’est-à-dire le cinquième de l’ensemble de l’or extrait en Espagne. L’Espagne et le Portugal s’enrichirent recevant l’or provenant d’Amérique, puis c’était au tour des autres pays européens (France, Grande-Bretagne…). Vers le 17e siècle, l’or devint la base des systèmes monétaires, nous pouvons notamment citer le Louis d’or sous Louis XIII. De plus, le système de l’étalon-or, un système monétaire au sein duquel l’or était pesé et considéré comme unité de paiement, fut abrogé par les accords de Bretton Woods.

La Ruée vers l’Or

Les ruées vers l’or sont bien ancrées dans l’histoire mondiale de l’économie et des systèmes monétaires. Nous pouvons notamment citer les ruées vers l’or du Brésil (Mines Gerais en 1725), de la Russie (Oural en 1750), de la Sibérie (1840), de l’Australie (1840), de la Californie (1848), de l’Alaska et du Klondike, puis de l’Afrique du Sud en 1885. L’origine de la plus grande ruée vers l’or remonte à 1839. Johan August Sutter, un commerçant suisse, installe son exploitation agricole en Californie à Sacramento, et a pour projet de faire croître son commerce sur ce sol. En développant son exploitation, il décide de construire une scierie, et choisir James Marshall pour assurer le bon déroulement de ses travaux. Seulement, en 1848, Marshall découvre des morceaux d’or en creusant lors des travaux. Il appelle John Sutter pour lui faire part de sa découverte, et après quelques tests, il s’agit bien de ce métal précieux de 23 carats (96 % d’or). Voilà la naissance de la ruée vers l’or et du « rêve californien ». Cependant, Sutter essaye de cacher tant bien que mal son secret, qui une fois découvert, attirerait en masse tout type de personne désirant y trouver de l’or aussi. Mais cela se sait très vite, et l’information fait rapidement le tour des médias. Nous savons notamment que Samuel Brannan, journaliste, aurait crié « De l’or ! De l’or ! Il y a de l’or dans l’American River ! » dans la rue, attirant l’attention du journal New York Herald, divulguant l’information aux yeux de tous. Tout d’abord, les Californiens furent évidemment les premiers à se ruer vers l’exploitation agricole de Sutter, et d’après un rapport du colonel Mason : « La découverte de ces importants gisements d’or a totalement changé le caractère de la Californie supérieure. Ses habitants (…) sont partis vers les mines ou sont en train de le faire. Les ouvriers de tous les corps de métier ont quitté leurs postes et les commerçants, leurs magasins ; les marins désertent leurs navires dès qu’ils touchent terre. » Ainsi, Mason, en alertant son supérieur, lui envoie quelques pépites d’or. En décembre, James Polk, le président, confirme la présence des mines d’or californiennes lors d’un discours au Congrès américain. Cette déclaration officielle entraîne une accélération encore plus grande de la ruée vers l’or, et dès le début de l’année suivante, les « forty-niners » se pressent pour aller en Californie. La promesse de l’or aveugle complètement les migrants appelés « forty-niners » en référence à l’année de la ruée en Californie (1949).

Jusqu’en 1950, la Californie a peu de loi et restrictions, car cette région vient juste d’être abandonnée par le Mexique. Tous types de personnes exerçant des professions très différentes (marins, hommes d’affaires, ouvriers…) se ruent en Californie et se disputent les morceaux de cet or très précieux, en utilisant un détecteur. Jusqu’en 1856 et durant 8 ans, plus de 300.000 personnes au total ont essayé de trouver de l’or en Californie et de jouir de la richesse de ce territoire, en délaissant leur vie d’avant, leur commerce, bétail, exploitation ou emploi. Certains ont réussi à récolter l’équivalent de plus d’un million de dollars, et certains ouvriers vécurent un vrai rêve californien en ramassant assez d’argent pour couvrir six ans de salaire. L’historien Henry William Brands, en 2003, décrit le rêve américain : « L’ancien rêve américain était (…) celui d’hommes et de femmes contents de leur modeste fortune amassée peu à peu avec le temps, au fil des années. Le nouveau rêve américain était celui d’une richesse immédiate, gagnée en un éclair avec de l’audace et de la chance. C’est seulement depuis que ce rêve d’or (…) est devenu une partie importante du mythe américain ». La Californie, jusqu’alors sans statut et délaissée, voit son avenir changer grâce à la ruée vers l’or. En effet, de plus en plus d’immigrants viennent s’y installer, et la Californie passe de 1000 habitants en 1848 à 150.000 en 1860. De ce fait, viennent se greffer des églises, de nouvelles routes, des écoles, et tous types de bâtiments. De nouveaux moyens de transport voient le jour (bateau à vapeur, chemin de fer), et de nouvelles « villes-champignons » poussent en Californie (ville qui connaît une envolée démographique et économique soudaine). Les champs aurifères sont régis par une loi spéciale : en effet, la Californie ne dispose alors d’aucune loi, car elle n’a aucun statut officiel. De ce fait, les règles de ce territoire sont en fait un mélange de lois mexicaines (la Californie était autrefois mexicaine), d’ordres de l’armée, et de principes personnels. Le « claim » est donc une loi qui indique qu’un terrain appartient à quelqu’un à partir du moment où il le réclame.

Cette loi autoproclamée a eu comme conséquence la rédaction d’une Constitution pour la Californie, l’élections de représentants de ce territoire, et pour finir son entrée en tant que 31e États des États-Unis. Mais la ruée vers l’or a aussi des conséquences dramatiques : les Amérindiens sont chassés de leur territoire, provoquant une perte des ressources, et parfois la mort de certains natifs. La population amérindienne descend de 150.000 à 30.000 en l’espace de 25 ans. De plus, les forty-niners sont nombreux à s’entretuer pendant la ruée, et 1 sur 12 meurt pendant sa quête, à cause de la croissance de la criminalité sur le territoire. Les chercheurs d’or chinois et latino-américains sont repoussés par les Américains et Européens, et il existe un ouvrage relatant les faits de l’époque, écrit par l’écrivain Joaquin Miller. « Life Amongst The Modocs » raconte la vie dans les mines de Californie ainsi que celle dans les camps de réfugiés des Amérindiens. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, et même si l’on sait que beaucoup de chercheurs d’or ne récoltent pas la quantité de ce métal précieux qu’ils auraient voulu rapporter, John Sutter fut le perdant de l’histoire. En effet, il investit dans une mine qui lui rapporte peu, et termine sa vie dans la misère : « Sans la découverte de l’or en Californie, je serais devenu l’homme le plus riche de la côte ouest. » « Welcome Stranger » est le nom de la plus grosse pépite découverte dans une mine californienne. Elle pesait l’équivalent de 72 kilos. Cependant, la plus grosse pépite encore entière est nommée « Hand of Faith », elle pèse 27,2 kilos et a été découverte au détecteur de métaux. Aujourd’hui, elle est encore exposée à Las Vegas, au casino Golden Nugget. Le plus gros morceau d’or trouvé en France fut découvert en Ardèche en 1889 par un berger, et pèse 543 g. Une pierre « or natif » signifie que l’or n’est pas pur et est mélangé à d’autres métaux (cuivre, fer…). Pour obtenir de l’or pur, il faut affiner l’or natif. Cependant, l’or natif est utilisé en bijouterie, car l’or pur est trop mou pour cela. Il est rare de trouver des morceaux de pierre or natif, et elles sont par conséquent très chères. Mais l’orpaillage, la recherche d’or dans les rivières aurifères, est un système qui permet de trouver le métal autre part que dans les mines.
Une pépite de la pierre or natif contient environ entre 20 et 22 carats, et est souvent mélangée à d’autres métaux, comme le cuivre.

Aujourd’hui

La première nucléosynthèse artificielle de l’or (bombardement de mercure avec des neutrons), remonte à 1941. Cependant, cette méthode n’est pas idéale et est problématique, car son coût est plus élevé que celui traitement de l’or. Le début de la Première Guerre mondiale en 1914 signe la fin de l’étalon-or au Royaume-Uni, et enfin dans le reste du monde, après l’abolissement du système bimétallique or et argent vers 1870. En 1944, les accords de Bretton Woods, issus de la conférence de Bretton Woods ayant eu lieu dans le New Hampshire, laissent place à un nouveau système : celui d’un étalon de change d’or (« Gold Exchange Standard » en anglais). Cela stipule que le dollar américain correspond à un poids en or, et que toutes les autres monnaies mondiales correspondent à un certain nombre de dollars. Ceci dure jusqu’en 1971, année où les États-Unis décident que l’on ne peut désormais plus convertir le dollar en or. De plus, en 1976, les accords de la Jamaïque conçus entre les pays formant l’institution du FMI (Fonds monétaire international), stipulent que l’or n’aura plus de valeur monétaire. Cependant, les banques gardent toujours de l’or à disposition, en cas de besoin dans leurs réserves. La réserve fédérale de New York (« Federal Reserve Bank of New York » en anglais) est la plus grande réserve d’or du monde, mais la plus connue reste la banque de Fort Knox dans le Kentucky. Nous savons qu’en 1995, le total de l’or gardé dans les réserves de toutes les banques du monde pouvait former un cube de 12 d’arête, soit environ 910 millions d’onces.

De nos jours, l’or, même s’il n’est plus une monnaie officielle, garde un rôle crucial dans l’économie mondiale, ainsi que dans les bourses des principaux pays occidentaux (New York, Londres, Tokyo). Mais l’or est également très important dans l’art, que ce soit pour les bijoux, la dorure ou la peinture. Par exemple, les ateliers Leonis continuent à dorer à la feuille d’or ou bien au mercure. Un gramme d’or bien traité peut devenir un fil très fin de 3 000 mètres de longueur, couvrir 1 m² de surface ou bien se transformer en feuille de 1/15 μm d’épaisseur. L’or est également essentiel dans la fabrication de produits électroniques de tous types, mais aussi dans la dentisterie et les soins et traitements bucco-dentaires. Dans le sport, l’or, devant l’argent et le bronze, est la récompense tant convoitée du gagnant des compétitions : nous pouvons notamment citer les médailles d’or aux Jeux olympiques, les Ballons d’or dans le football…) De nos jours, la thésaurisation en or représente une manière sûre et précise d’épargner sa richesse en la coupant du circuit monétaire de base, s’assurant qu’elle résiste aux fluctuations des cours.

Origine et composition de la pierre or natif

La nucléosynthèse stellaire est un terme d’astrophysique qui concerne les réactions nucléaires se produisant à l’intérieur des étoiles. L’or est en effet un produit de cette nucléosynthèse stellaire, et ce processus existe depuis une douzaine de milliards d’années. Deux hypothèses s’affrontent en ce qui concerne la formation de l’or au sein des étoiles. La première dit que l’explosion d’une supernova aurait engendré la formation de l’or, et la deuxième que la collision de deux étoiles serait à son origine. Cette dernière hypothèse serait la bonne, selon une simulation datant de 2011, et une étude de la galaxie datant de 2016. L’or est sidérophile, c’est-à-dire qu’il est souvent associé au fer. Il se trouve donc en majeure partie dans le noyau de la Terre, et très peu au sein de l’écorce terrestre. Mais le peu d’or présent dans l’écorce terrestre est déjà trop : il est entre cent et mille fois trop présent ici, dû à un bombardement datant de 3,8 à 4 milliards d’années. L’or a une densité de 19,3 et une dureté faible, de 2,5 à 3 sur l’échelle de dureté de Mohs. Il est donc très malléable. L’or à l’état « natif » est l’or trouvé en pépites, mais il est plus rare que l’or que l’on peut trouver en paillettes, en granules, en poussières ou encore en grains. Il est rare, mais possible de trouver de l’or mêlé au quartz ou à d’autres métaux comme le cuivre ou le fer.

L’or est souvent jaune, d’où l’expression « jaune d’or », mais peut varier jusqu’à avoir des reflets jaune rouge. Plus il est pur, plus l’or est foncé. Plus il est pâle, plus l’or est mêlé avec d’autres métaux. Pour décider d’exploiter une zone, il faut prouver que son exploitation en vaut la peine, et donc justifier qu’il y a plus de 1 gramme d’or par tonne de roche. Cependant, l’or est réparti de façon aléatoire et peu commune à l’échelle de la Terre, et certaines zones du monde ont des roches qui possèdent en leur sein un million de fois la moyenne d’or par roche, c’est-à-dire une concentration d’un milligramme par tonne. Fin 2010, l’humanité avait extrait environ 166.000 tonnes d’or, soit un cube de vingt mètres d’arête. Nous savons qu’en 1993, l’ensemble des réserves stockées par les banques mondiales pesait environ 35 000 tonnes. De plus, les réserves minières, en 2010, rassemblaient environ 51.000 tonnes d’or. 26 % de l’or mondial est contenu dans les réserves minières en Australie et en Afrique du Sud, ce dernier ayant été pendant très longtemps le premier pays producteur d’or, derrière l’Amérique du Nord et d’Australie. Cependant, en 2007 la Chine prend la première place, qu’elle n’a jamais quittée depuis la découverte d’importantes exploitations minières. En 2010, la Chine produisait 13,8 % de l’or mondial, l’Australie en produisait 10,2 %, les États-Unis 9,2 %, la Russie 7,6 %, l’Afrique du Sud 7,6 %, et enfin le Pérou en produisait 6,8 %.

Vertus et propriétés de la pierre or natif en lithothérapie

Les vertus et propriétés de la pierre or natif sur le plan mental

Même si l’or natif est souvent utilisé en complément d’autres pierres précieuses pour en décupler les bienfaits, il possède des vertus intéressantes sur le plan psychologique. Chaque pierre est associée à un ou plusieurs chakras, et l’or natif est associé au chakra du plexus solaire, permettant, en le plaçant sur ce chakra, d’équilibrer l’énergie de son corps et de se remplir de bonnes énergies. De plus, combiné avec l’énergie yin, l’or natif peut augmenter la volonté de la personne qui l’utilise, ainsi qu’augmenter la confiance en soi. Cette pierre est également antistress et anti-fatigue, et aide à voir les qualités des autres.

Les vertus et propriétés de la pierre météorite sur le plan physique

Sur le plan physique, la pierre or natif est très souvent utilisée dans les produits de beauté, particulièrement pour le soin de la peau. On peut trouver l’or natif dans les crèmes hydratantes ou solaires, les crèmes pour les yeux (car il s’agit d’un défatiguant), et aussi dans les baumes hydratants pour les lèvres. L’or natif agit contre le vieillissement naturel de la peau en aidant les cellules à se renouveler, et est aussi un puissant antioxydant, luttant contre le procédé d’oxydation de la peau qui provoque son vieillissement.

Symbolique de la pierre or natif

  • Lumière solaire d’essence divine

 

Traditions de la pierre or natif

  • Afrique : L’or représente la pureté, car il est un métal inaltérable ne pouvant être corrompu par la rouille. Il est malléable tout en étant ce qu’il est par nature : un métal.
  • Alchimie : L’or représente le but mystique, transformer le plomb en or.
  • Chine : Le métal et l’or sont désignés par le vocable “kin”. L’or représente donc le métal absolu.
  • Inde : Les brahmanes indiens le considèrent comme la connaissance, permettant d’acquérir l’immortalité.
  • Noces d’Or : 50 ans de mariage.